Les Francophones de la Nati Women 2016

Salut,

 

Aujourd’hui pour vous et votre francophilie avérée, j’ai interviewé les joueuses francophones de la sélection nationale féminine suisse qui s’envolera pour Londres cet été 2016.

 

Cette équipe, finaliste lors des EUC de Copenhague, a été un peu remaniée depuis 2015, notamment dans le coaching, avec les départs d’Emily Wisnosky et d’Elliott Murray, les 2 coachs non-joueurs associés à Angie Ullmann. Ils sont remplacés par la joueuse Leonie Lendenmann.

Mais le cru 2015 a de grandes ressemblances avec de celui de 2016, la majorité de l’équipe était à Copenhague.

De nombreuses joueuses expérimentées et talentueuses continuent à faire leur boulot (Olivia Hauser, Isa Güttinger, Claudia Strehler et Laura Niederhauser notamment) tout en apportant leurs conseils aux jeunes recrues (Maddie Koechlin, Reah Schempp).

 

Le soutien entre les joueuses et la cohésion d’équipe sont forts. Ces choses manquaient peut-être aux équipes Lotus (sélection Women nationale représentant la Suisse lors des championnats européens des clubs avant 2014, quand le championnat suisse Women n’existait encore pas) de l’époque. La barrière linguistique français/allemand, voire suisse-allemand semble également être un problème résolu.

 

Après plusieurs entraînements sérieux, le premier test grandeur nature de la Nati Women a eu lieu début avril 2016 à Bâle, lors de la Nations Cup, tournoi qui réunissait les sélections nationales irlandaises, italiennes, autrichiennes et allemandes. Les 5 équipes ont joué un round-robin qui s’est soldé par une victoire allemande. Les Suissesses ont pris la 4ème place.

La Nations Cup II, à Darmstadt début Mai, a offert un entrainement et match de préparation à la Suisse contre l’Allemagne.

Les filles suisses ont profité de ces week-ends pour travailler et pour mettre le doigt sur leurs lacunes : quelques problèmes dans le collectif, des passages à vides.

Tout ceci sera à corriger et à re-tester lors du Windmill début juin à Amsterdam.

Il faudra aussi d’ici-là mettre un terme aux fautes personnelles inadmissibles à un tel niveau (lancers faciles ratés et drops pour ne citer qu’eux).

 

On the Road to London….

https://ultimate.ch/nationalteams/roadtolondon/

 

Nos 3 FlyHigh

Florence Windler – 22 ans – originaire de Nyon

Parcours et palmarès en club : J’ai commencé ma “carrière” de joueuse de frisbee après avoir perdu un pari. L’ambiance des premiers championnats suisses et les finales Open dans le Stade de Colovray à Nyon ont suffi à me convaincre de continuer. Après quelques saisons avec les Mange-Disques de Nyon, j’ai commencé à jouer avec FlyHigh. ors de ma première saison avec Lausanne, nous sommes montés en 1ère ligue, les 2èmes et 3ème années on finissait 3èmes et en 2015, on termine 2ème

Parcours en sélection nationale  : Copenhague fût ma première année en sélection nationale, quelle expérience, quelles émotions! Première fois Tom’s Tourney, deuxième place. Première fois Windmill… troisième place. L’année dernière, malgré le nombre de finales non gagnées, a été pour l’instant ma meilleure saison de frisbee!

L’avis de la rédaction « On a toujours vu en cette jeune joueuse la vitesse, la facilité d’exécution et l’audace. Ses progrès sont notables d’années en années et toute l’expérience qu’elle engrange auprès de ses ainées ne présage que du bon pour la suite. »  

Yannick Galland – 35 ans – originaire de Lausanne


Parcours et palmarès en club
 : J’ai débarqué avec une amie à l’entraînement de FlyHigh un mercredi pluvieux d’octobre en 2007. Ensuite, les saisons se sont enchaînées : en mixte tout d’abord avec FlyHigh où on a terminé 3èmes en 2008 et 5èmes en 2009. Ensuite, ayant déménagé à Berne, j’ai poursuivi à FAB pendant 2 saisons où je ne sais plus trop nos résultats mais certainement pas aussi bien que ce qu’ils ont fait ces dernières années.

Hormis un détour par Zürich en 2014, quand les filles de ZUF m’ont proposé de les renforcer pour les WUCC 2014 de Lecco, je suis revenue aux sources, à Lausanne, depuis 2012 avec un FlyHigh qui ne cesse de grandir tant par le nombre que par la qualité.

 Parcours en sélection nationale  : J’avais bien croché à l’ultimate et sachant que mes belles années sportives n’allaient pas durer éternellement, je me suis inscrite aux try-outs de Lotus pour participer aux WUCC de Prague en 2010. J’ai eu la chance d’être sélectionnée sachant qu’à part des lay-outs de volleyeuse et courir en longue dans la end-zone (la seule zone du terrain ou il n’y a pas besoin de refaire une passe après!!), je ne savais pas faire grand-chose. On terminera 21èmes cette année-là.

L’année d’après, participation avec la Nati à Maribor, un bon début, un magnifique match gagné universe contre les Allemandes (qui finiront 1ères) mais une fin de tournoi où on perd en intensité, bilan, 6èmes des EUC.

A nouveau avec Lotus en 2012 à Bordeaux aux EUCX, on terminera 3èmes.

Et finalement, l’année passée avec la Nati, on devient vice-championnes d’Europe! Yihaa! Une belle victoire d’équipe!

L’avis de la rédaction «La principale qualité de Yannick est son sens inné du jeu, lui permettant en défense de nombreux poachs intelligents et efficaces et en attaque du soutien à ses co-équipières en tous temps. Vitesse et combativité sont également en rendez-vous. Bref, une joueuse qu’on aime regarder.»

Constance Rancourt – 28 ans – Originaire du Québec


Parcours et palmarès en club
 : “Je joue dans des équipes compétitives depuis près de 6 ans. En 2011, j’ai commencé à jouer avec Mystik, une équipe de Montréal. J’ai toutefois participé aux Championnats Canadiens avec Vintage (équipe Master féminine de Montréal) en tant que pick-up. L’été suivant, j’ai joué pour le club-mère de Mystik, Storm puis les deux années suivantes pour Nova, une équipe féminine hyper talentueuse du Québec.

En 2015, mon copain et moi avons immigré en Suisse. Depuis je joue du côté obscur du ultimate… dans le mixte! FlyHigh Lausanne est plus qu’une équipe, c’est une famille d’adoption.”

Parcours en sélection nationale : “L’année dernière, je ne me suis malheureusement pas présentée aux try-out de l’équipe nationale, par manque de temps je crois… Je m’en suis vraiment mordu les doigts quand je les ai vues jouer à Tom’s Tourney. Le féminin me manquait; les cris aigus, le vernis à ongles, une place plus importante sur le terrain et …ouais, moins de garçons qui puent !!! Bref, cette année je ne voulais pas manquer ma chance.”

L’avis de la rédaction « Cette joueuse est toute petite par sa taille mais immense par sa vitesse et son énergie, sur le terrain comme sur la sideline »

 

 

D’autres clubs suisses sont également fournisseurs de Francophones :

 

Eliane Lehmann – 23 ans – originaire de Nyon – joueuse de Freespeed

Parcours et palmarès en club : “4 années chez les Mange-Disques de Nyon. Entre deux, 1 année chez Flying Saucers de Lucerne. Depuis 2 ans chez FlyHigh à Lausanne et actuellement pour une année avec Freespeed à Bâle. Non, on ne peut pas  dire que ce soit constant mais c’est enrichissant! ”

Parcours en sélection nationale : “J’ai d’abord été sélectionnée en tant que “practice player” mais depuis février, j’ai gagné ma place dans l’équipe. Yeah! ”

L’avis de la rédaction « Joueuse timide et discrète mais qui fait le boulot. Sa première sélection ne doit surtout pas l’empêcher de se lâcher sur le terrain. »  

 

 

Fanny Deslandres – 28 ans – originaire de France – joueuse de DC Panthers Berne 

Parcours et palmarès en club : “J’ai commencé à jouer en 2007 avec le club naissant de mon école d’ingénieur à Angers, en France : les Flyin’ Gardners. Nous rencontrions souvent les équipes nantaises (les joueurs de Polytech’ avec leurs beaux mollets…) et avions participé aux championnats universitaires. Je retrouve encore sur les terrains des joueurs rencontrés à cette époque.

Au gré de mes stages, j’ai eu l’occasion de lancer des disques avec des équipes assez variées : WAF ! de Wageningen aux Pays-Bas, Chiba University près de Tokyo, Freez Bichiks à Saint Denis de la Réunion…

Les choses sérieuses ont commencé en 2011 à mon arrivée en Suisse où j’ai intégré FlyHigh Lausanne. Le foehn farceur m’a portée jusqu’à Berne et son Disc Club Panthers, avec qui je joue depuis fin 2013. Les Panthers étaient devenus champions suisses à l’automne 2013, gagnant leur ticket pour Lecco. J’ai eu la chance d’y participer sous couleurs bernoises. Nous avons ensuite doublé le titre de champions suisses à l’automne 2014.

Ponctuellement, je rejoins avec plaisir les rangs d’autres clubs suisses, comme les femmes de FABulous pour les EUCF à Wroclaw l’automne dernier.”

Parcours en sélection nationale : “Mon premier championnat international, je l’ai joué en mixte et sur sable aux couleurs des Iles européennes unies (pour qui j’avais d’ailleurs fait le maillot) à Calafell en 2013. J’admire dans notre sport cette possibilité donnée à des joueurs motivés d’aller affronter les sélections officielles juste pour l’amour du jeu. Je me suis retrouvée de l’autre côté du terrain en 2015 à Dubai, portant le maillot de l’équipe suisse mixte.

C’est en tant que « practice player » que j’ai débuté mon parcours dans l’équipe nationale féminine en 2015. Invitée aux entrainements, chance m’a été donnée d’apprendre beaucoup et de m’investir dans l’équipe. Vers la mi-saison, mon statut évoluait vers celui de joueuse sélectionnée. J’ai eu beaucoup de plaisir à participer à l’aventure de Copenhague l’été dernier.”

L’avis de la rédaction «Ses mains semblent aimantées et son enthousiasme débordant, elle est une base solide de l’ambiance d’une équipe » 

Natalia Baumann – 24 ans – Originaire de Genève – joueuse de DC Panthers Berne

Parcours et palmarès en club : “J’ai commencé à jouer à l’Ultimate en 2011, dans le club des Wizards à Genève. Je suis ensuite passée à Berne en 2013 ou j’ai intégré l’équipe mixte Panthers COED. Cette année-là, nous avons remporté le titre de Champions Suisses mixte et ainsi le spot pour la participation aux WUCC. L’année suivante, nous avons donc participé aux WUCC 2014 à Lecco en Italie ou nous avons remporté la…. 41ème place. L’équipe a néanmoins défendu son titre de Champions suisses mixte l’année suivante, pour finalement redescendre en ligue B en 2015…”

Parcours en sélection nationale  : “J’ai intégré l’équipe Nationale Suisse Féminine en 2015 avec laquelle j’ai participé aux tournois de préparation (Tom’s Tourney et Windmill) ainsi qu’au championnat d’Europe à Copenhague.”

L’avis de la rédaction «Jeune joueuse encore en pleine progression, elle est encore là pour apprendre» 

 

 

Pas dispo pour interview :

Madeleine Koechlin – originaire de France – joueuse des Wizards

Interview of the month : Paolo, our end-of-2015 beginner

Paolo, 29-year-old  EPFL post-doc at EPFL in environmental engineering from Italy, was chosen by FlyHigh to be “the voice of the beginners”.

This summer, we have rapidly seen him as “hooked” : always present at practice on Mondays (practice open to everyone), then helping us the whole week-end we organized a phase of the mixed Swiss Champs, coming for the team dinner afterwards, then integrating the Wednesday practices after the championships when it was open to everyone, which allowed him to play the Autumn league (and be in the Finals next Monday…)

So we wanted to know more about him :

Hi Paolo!

WHY DID YOU TRY ULTIMATE?

I always had the feeling that Ultimate was a lot of fun and I really liked that you can play it anywhere. Moreover, it’s cool that it combines the technical skills for the throw with the physical skills to run and catch. But I had never tried. Last June I was just arrived in Lausanne and wanted to try something new. So, with no hope, I told myself “let’s see if there’s anybody playing Ultimate from time to time…”

… and to my great surprise there were BOTH a nice and detailed website and an up-to-date facebook page! A real team, not just a pick-up! I could not believe it. I wrote an e-mail to the “FlyHigh” and was told to just join in the following monday. Fantastic.

HOW WAS YOUR FIRST PRACTICE?

So the following Monday I showed up and was again very surprised: more than 40 people were there to play! At some point I was told: “go in the stack”. Stack?… where is it?… I didn’t really get it and started running around randomly in the field, also causing a few picks! Then Ulrike and Stefano took care of me and started explaining the principles of the stack. Which I always like to summarize with a rule of thumb for beginners: when you have no idea what to do, just stay in the middle.

In the end I really liked the entrainment, and decided I wanted to put energies in this new activity. So I went to buy cleats – a nice horrible mixture of orange and purple stripes which many people noted the following week (ah you have new cleats right? Nice color ihihih… ). I felt involved.

After a few weeks I realized that MANY THINGS I THOUGHT ABOUT ULTIMATE WERE TOTALLY WRONG.

Like:

Well ok there’s some running involved, but it can’t be a strenuous sport

I guess you can’t play when it’s windy or rainy

Uh there’s quite some running, so matches must be short, maybe a total of 45 minutes.

People can’t play for two hours and then start with another 1-2 hours of fitness

People won’t take it too seriously :=)

ANY PRECISE GOALS?

After all, I just have one goal: to have fun. This means to me improving my skills, playing regularly and possibly reaching a level that will allow me to play in a tourney. But also getting to spend time with the team. I am a sociable person and I like a lot doing things together. I am just a bit slowed down because I can’t speak a decent french yet and don’t want to force people to switch to english. At least I put some effort in learning people’s names, so the other day I could firmly say “Sophie you forgot your disc!” “…my name is Florence…”

Thank you Paolo and Welcome to FlyHigh!